Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Dark-Cars Wallpapers
  • : plein de fonds d'écrans sur le thème du noir dans l'automobile
  • Contact

  • Dark
  • J'aime le noir c'est vrai ...mais je ne le brois pas pour autant
  • J'aime le noir c'est vrai ...mais je ne le brois pas pour autant

7 décembre 2016 3 07 /12 /décembre /2016 22:34

La Plymouth Road Runner de 1968 (la première génération) était assez unique. Elle était basée sur des voitures de luxe lourdes de la lignée B-corps (Plymouth Belvédère et Satellite), cependant le roadrunner était plus léger et plus petit que ces dernières.

Pour que le Road Runner soit un exemple de performances et de bon marché, il oubliait tous les agréments, qualifiés par les sportifs de facultatifs, comme le tapis de sol…

Le nom Road Runner, qui vient d’un dessin animé, a été choisi par Plymouth à la suite d’un concours d'appellation auquel un petit garçon américain avait participé et il avait proposé le nom roadrunner. Il eut l'honneur que son idée fut retenue et un an après la Plymouth Road Runner apparut.

En 1968, le moteur de base du Road Runner était le V8 383 ci, avec une puissance estimée à 335 chevaux.

Le moteur 383 était associé a une boîte de vitesse manuelle à quatre vitesse standard. Le Roadrunner était exempt de chromes, pour réduire son poids et diminuer son temps de course.

En plus de sa solidité, qui le mettait à toute épreuve, autant qu’un tout terrain (les bosses n’étaient pas son problème), elle était plus rapide que toutes les voitures de police et elle profitait donc aux contrebandiers.

 Pour les amateurs de performances sans compromis, on propose à cette époque pour la somme de 714 $ l’option d’adopter le fameux V8 HEMI 426. C’est le moteur du véhicule titre de cette chronique. Ce dernier vient, de manière conservatrice, avec quelque 425 chevaux.

 On dit souvent que le moteur était beaucoup plus puissant. La direction de Plymouth limitait le chiffre à 425 chevaux pour l’unique question du prix des assurances que les acheteurs devaient payés.

Partager cet article

Repost 0

commentaires